Blog Image

Le Blog du CVD

Cazaux on a tous gagné !

Récits et Aventures Posted on Fri, June 07, 2019 01:42:20

Un petit résumé de notre sortie pour ce Championnat de France
des croiseurs légers qui se déroulait à Cazaux ce Week-end. Heureusement qu’il
s’agit de voile et que c’est sans émission de gaz à effet de serre car punaise
que la route est longue, surtout dans les bouchons.

Bref, après avoir lâché environ 6 tonnes de carbone sur le
bord des routes, nous étions 6 bateaux du Cercle de la Voile de Dennemont, personnellement,
ça fait 5 fois que je fais ce championnat et jamais vu une telle ruée vers le
top du top de la régate, qu’est-ce qui vous a pris ?? L’appât du gain, l’envie
d’en découdre en régate, la traversée de la région viticole de Bordeaux, vos
bons d’essence à utiliser, la poulie de réglage de la tension du foc à tester ??

Résultats à 6 bateaux : Que du bonheur car beaucoup
d’anecdotes à partager, beaucoup plus de fous rires et de partage et puis il
faut bien dire, une course dans la course, la régate avec (euh… plutôt contre) les
copains !

Je ne vais pas tout vous racontez car ça risque d’être un
peu long… J’ai retenu les meilleurs moments et c’est cool on s’y est mis tous
et vous allez voir tout le monde a gagné !

Allez je balance !! J’espère que les intéressés ne m’en
voudront pas…

François et Jean-Jacques sur Cébolavy. Un sans-faute et à
la clef une superbe 3ème place (3eme des Neptune) . Un sans-faute
enfin presque… Ils sont tous les deux tombés d’accord pour rallonger le
parcours (voir même revenir sur leur sillage) pour passer une porte imaginaire
dont tout le monde se foutait. Il ont attendu longtemps et en vain que tout le
monde soit disqualifié… J. Qu’est-ce
qu’on a ri !! A part ça, dès le 1er jour,
tellement ils ont tiré sur la barre pour passer cette fameuse porte, ils ont
cassé le safran et réparé dans la nuit, chapeau bas messieurs !

Philippe et Nicolas Giard étaient de la partie sur le SpeedFeet18 SpeedyGonzales, une belle 9eme sur les 28 bateaux de leur classe.

Sur Hisse et Eaux, tout fraichement sorti de son
hivernage, avec ma fille Laurine, nous avons cherché des nouvelles figures de
style avec le spi. Sur le magnifique côtier, Laurine à la barre, je suis
incapable de vous raconter la situation car pas bien compris non plus sur le moment,
bref après un affalage très limite, alors que je me bats à l’avant pour ranger
le tangon qui avait fait un tour dans les haubans, je crie (gentiment) à ma barreuse de tenir son
cap on est pas là pour se promener. Bon avec un peu de recul maintenant je ne
lui en veux plus car en fait le spi était reparti de son sac et l’avait complètement
rhabillé envoile intégral de soirée J. Au final , au bout des 4 jours, on finit 1er
des Microsail quillard !!

Christophe et Jean-Claude sur Garfield dit « la
bobine » le dernier prototype sorti du chantier Jeanneau, encore en pleine
mise au point et réglage : Très handicapé en poids du fait que le terme « bout »
n’est pas de mise à bord, remplacé par « bobine ». Ça donne ça à bord
: Jean-Claude tu peux border de 25 à 30 mètres l’écoute de foc stp ?
Qu’est ce que tu nous a fait rire JC !! Eux aussi on gagné, 1er à la grue
Samedi soir, après avoir compris la bascule de pétole !!

Cipangu avec Laurent, Super Lolo (notre présidente a
courue 3 marathons ces 3 jours) et Hervé de l’AS Mantaise et journaliste pour
Voile Magazine et qui profitait de cet évènement pour écrire un article. Bon, voilà,
quand vous irez au kiosque pour aller chercher le dernier numéro de cet hebdomadaire
bien connu, n’y aller pas à pied, ou alors allez-y avec une brouette !! Je
m’explique, Hervé a battu tous les records de l’interview le plus long de l’histoire !!
Il a posé seulement une question à Laurent : Comment fait-on pour faire
marcher vite et bien un bateau à voile ?
4 jours de réponse !! Du coup le magazine va peser 18 kilos, d’où la
brouette !! Et sinon, eux aussi ont
gagnés, 1er devant le bateau « Supernaze ». Bravo à eux,
on est tous fier de ramener cette coupe au CVD !

Le bateau Lucie avec Béatrice, Raymond et Laeticia des
cheminots (bah oui les cheminots font du bateau aussi !). Alors là
aussi il ont fait fort … Dernière manche, le côtier de vendredi, Lucie est
décidé de rentrer dedans cette fois ! Départ ! C’est parti, bon
départ, allez on se bat ! Lucie est dans le paquet, tout va bien ! Sauf que tiens c’est bizarre, Cipangu n’a rien
à faire là, il a du se tromper de flotte… Et m. c’est nous, on s’est gouré.
Allez demi-tour pour rejoindre nos amis micro. A zut je suis devant la ligne en
sens contraire des autres qui vérifient du coup le sens du départ. Bref le
temps de s’écarter, le comité est sympa d’arrêter de remonter son mouillage
pour laisser passer Lucie avec un peu en retard ! Et quand Lucie
croise Cébolavy, l’équipage est gratifié
d’être en super forme car entre un tour d’avance et un tour de retard… Lucie
est aussi arrivé en premier mardi pour se préparer.

Voilà, quand je vous disais que tout le monde a gagné !!
Super moments, super lac, super vent, super soleil, des départs lancés vers 19h
pour profiter du thermique, heureusement que les syndicats n’étaient pas là, de
la baignade, de la rigolage, un grand
plein d’amitié !!

L’année prochaine on y va tous !!

FORZA CVD !!



Lucie,première glisse

Récits et Aventures Posted on Tue, January 08, 2019 15:56:37

Première sortie de Lucie avec Raymond et moi, en décembre 2018

Du bonheur !!! et quel beau paysage…smileysmiley

Béatrice



Le CVD au cap Sicié

Récits et Aventures Posted on Tue, September 04, 2018 12:29:34

Un petit post
dans la rubrique aventure pour vous faire un petit résumé de la régate en IRC de
la Quadra Solo que nous avons fait avec Alain la semaine dernière. Le décor :
Près de 30 bateaux plutôt de course super affûtés et menés par soit un solo
soit par un duo (pas mal de Transquadratistes) entre Marseille, Martigues,
Porquerolles et Bandol et cela sur une semaine. Alain me l’avait vendu sans
trop de vent à cette époque, je dois dire que la Méditerranée a plutôt été
fidèle à sa réputation, soit pas de vent (2 nœuds de moyenne entre Marseille et
Porquerolles) soit trop de vent (des manches annulées à Marseille et l’étape de
Martigues zappée), mais bon on s’est adapté et une chose est sûr c’est qu’il a
fait un super temps et que la crème solaire et le parasol J n’est pas restée au placard.

Les moments forts
ou marquants :


Un
côtier entre les iles du Frioul, avec pas mal de vent mais quel décor !!


L’étape
de nuit entre Marseille et Porquerolles. Génial, certes pas rapide par manque
de vent mais au moins on a profité du temps sur l’eau, de la pleine Lune !
Une arrivée sur Porquerolles très marantes car au petit matin plus de la moitié
de la flotte nous attendait devant le port et donc devant la ligne d’arrivée
car un p. de courant contraire et un beau calme plat nous ont tous empêché de
passer la ligne avant l’heure limite, un peu frustrant mais au moins on s’est
senti moins seul !


Porquerolles
avec ses plages dont on ne s’est pas privé, les supers apéros tous les soirs installés
par les organisateurs, les petits déj en terrasse, les petits restaus et la
bonne ambiance générale.


Le
tour complet de la baie d’Hyères, un coucou à Macron au fort de Bregançon, le
spi déchiré à l’affalage et réparé à 2 sur la table du carré au scotch qui va
bien pendant un long bord sous pilote et renvoyé avant la bouée (j’étais encore
en train de finir la réparation sur le bas du spi pendant qu’Alain relançait le
haut !), au final on finit avec une belle 12ème place devant 1 ou 2 JPK
qui étaient venus en force.


L’étape
bien musclée Porquerolles Bandol par 30-35 nœuds de vent dans le nez évidemment
et son cap Sicié redoutable, de belles vagues, le mat carbone dont on a pu
admirer l’élasticité avec un peu d’angoisse il est vrai, mais une nav pendant
laquelle on a pu apprécier les qualités de Lovitana(un Dufour 34 Performance)
dans la brise avec l’ORC et un ris dans la GV, jamais pris en défaut et un Sun
Fast 3200, 2 Figaro 2 et un A31 bien
derrière !


Au
niveau des résultats, on est un peu à la traîne sans être ridicule, on aurait
pu faire mieux mais faut qu’on travaille encore l’affalage des énormes spis
notamment de l’asymétrique qui va passer chez le voilier pour remise en état…

Voilà, un grand merci à Alain, nous nous sommes parfaitement entendu, je
reviens en pleine forme avec toutes mes dents J et pleins de d’excellents souvenirs !

Stephane



Cartahu 2

Récits et Aventures Posted on Sat, November 11, 2017 14:24:45

C’était il y a presque 20 ans…



Ah quand même…

Récits et Aventures Posted on Tue, September 12, 2017 12:48:24

Belle carène, on a bien bossé Stéphane !!!



Attention ça glisssssssee !!

Récits et Aventures Posted on Fri, September 01, 2017 17:10:04

Hello,

Cette semaine, Marc et moi avons souffert pendant 2 jours sous la grue pour améliorer la glisse de nos microsails.

Ponçage à sec. grain 180
Ponçage à l’eau. grain 1000
Application d’un antifouling 1 mois Harken
Polissage final à la mousse
C’est fini car plus de bras …

Maintenant les filles peuvent se remaquiller devant tellement ça brille et chaud devant sur l’eau, ça va pulser grâve !!!!

A+



Le Ruban bleu 2016

Récits et Aventures Posted on Mon, October 03, 2016 12:34:40

Nous étions 3 représentants du CVD à la régate du Ruban bleu organisé par le Yacht Club de Triel sur Seine ce beau dimanche du 2 octobre. Il y avait Cipangu avec Pauline, Florence, Jean-Claude et Laurent, le bateau présidentiel avec Thomas et Marc et Hisse et Eaux avec Adeline et bibi.

On s’est bien enquiquiné pour emmener et ramener les bateaux là-bas, la prochaine fois j’y vais pas la Seine, les bateaux c’est fait pour être sur l’eau ni sur la route, ni dans l’air au bout d’une grue… !

Heureusement, la récompense ultime a été un magnifique cru de cette belle régate avec des températures agréables, du soleil et du vent !

34 bateaux sur la ligne, jamais vu ça avant sur la Seine fait très rare on a même fait 2 manches ! vu le mal que l’on se donne pour venir, ça compense.

Le principe des départs en décalé, un vrai plus, pas de stress ni de bagarre sur la ligne et une course en temps réèl, au moins quand on double un lambin il est derrière au classement et pis c’est tout !!

Nos perfs, une vraie satisfaction aussi, nous avons bien représenté nos couleurs !!

Cipangu fait 5ème avec une place de 8 et de 3. Il a vu mon tableau AR à un moment alors qu’il avait annoncé que nous n’allions pas le revoir et j’étais 2 mètres derrière toi à l’arrivée de la 1ere manche. Laurent méfie-toi on progresse fort avec nos microsails smiley !

“Ah quand même” fait une belle 9ème place (13 et 7ème) malgré un samedi soir festif à priori…

“Hisse et Eaux” fait une non moins belle 10ème place (9 et 12ème), on est très content de nous d’autant que je sens une bonne marge de progression encore à venir.

Voilà, la rentrée a été dure hier soir, les ronds point difficiles à négocier tant les épaules étaient douloureuses et le lundi est difficile comme d’hab…

Voilà, en conclusion, pour le ruban bleu je vote pour !

Stéphane

C’est chouette de voir tous ces bateaux derrière !



Pronto au National Muscadet 2016

Récits et Aventures Posted on Thu, July 21, 2016 14:27:08

Tout le monde sait ça : le national Muscadet c’est difficile et frustrant et pourtant on y retourne chaque année!

Voilà ce qui s’est passé cette année.

Cette année, Flo et moi avions rendez vous à Rennes le mercredi à 12h30, lui venant avec le bateau depuis Vannes et moi avec mes gants et ma voiture depuis Paris.
A 12h15 Flo m’appelle : il a éclaté un pneu de remorque 10km avant Rennes et nous n’avons pas de roue de secours, bien sûr.
Le temps d’aller à Saint Malo emprunter à P’tit Léo une roue de secours qui va sur la remorque bien que d’un diamètre supérieur, traverser les bouchons de Rennes changer la roue et revenir à St Malo, il est 17h : mettre à l’eau à la bourre avant la marée basse, inscrire le bateau, gréer et il est 19h00. Apéro, diner et au lit avec les deux équipiers fraîchement arrivés.

Jeudi matin on largue les amarres à 9h, il fait un temps malouin: 15 noeuds de vent soleil, 18°.
Dès la première manche, chose qui n’était jamais arrivée, la chute de génois se prend dans les barres de flèche au virement, nous obligeant à redescendre vent arrière pour le dégager ce qui n’aide pas à monter au vent rapidement. Ça arrivera 6 ou 7 fois dans la journée…Si on ajoute un bel hors cadre pour être tranquille en layline tribord sur la première bouée (86 bateaux il ne faut pas se trouver trop bas à la bouée au vent…), première bouée qu’il fallait en fait laisser tribord (!), ça fait une première manche dans les 40, on est pas très fiers de nous.
A la deuxième, le génois continue à faire des siennes, c’est pas terrible, mais un peu mieux : 34.
A la troisième (ou étais-ce à la deuxième ?), Flo qui est généralement plutôt bavard ne dis plus rien, je lui demande si ça va : il se retourne blanc comme un linge, me dit que non et le voilà malade comme un chien. Il finira la journée à l’intérieur avec un seau…Les mauvaises langues parlent de poulet pas frais la veille. Bref : 49.
La dernière est un côtier qui nous ramène au bassin Vauban, dans la vieille ville. Nous ne sommes plus que trois valides, on prend un départ pas mal, le génois continue à nous emmerder, on est pas si mal à la bouée au vent, on envoie le spi mais l’anneau de tangon qui est sur le mat profite de l’occasion pour se désolidariser de ce dernier en tordant la paroi du profil, on affale en catastrophe, on bricole un truc, on renvoie mais bon : 47.
Résultat des courses du jour nous sommes 41ème sur 86, disons qu’on espérais mieux !

Vendredi matin pas de régate, Flo va mieux, on répare le génois et l’anneau de tangon et nous voilà partis sur l’eau en début d’après midi sous le soleil avec 10/12 noeuds de vent.
Première manche on (je) chie le départ, on a un peu de mal avec la carbu mais bon : pas d’excuse et une place de 28, c’est quand même mieux.
La deuxième je ne me souviens plus, un départ de merde et je ne sais pas quoi d’autre : 41.
La troisième on décide de remplacer Flo n°1 par Yannick, ça se passe très bien mais 27 quand même. Disons que ça progresse mais nous sommes encore loin du compte.
Le soir au restau on tient une cellule de crise et on décide que désormais Flo est dans le cockpit avec moi et que je me démerde seul des départs plutôt que de me faire téléguider comme c’était le cas auparavant (Flo fait la tactique).

Samedi matin pétole malouine : 5 noeuds, pas suffisant pour le comité qui nous laisse à terre.
Samedi après midi petit thermique de 8/10 noeuds et grand soleil. A la première on prend un départ canon et rappel général. Au deuxième départ départ canon à nouveau, on gaze sur l’eau et on finit 13, on est contents. Las : on saute (OCS), ça fera 87 points… On est déçus mais on a bien navigué, ça nous rassure même si le classement général devient un sujet sans intérêt!
La suivante et dernière du jour, un côtier, re-départ canon, re-rappel général, pavillon noir, re-départ super canon, on gaze à mort et on finit 7 dans la même longueur que le 5 et le 6. C’est l’euphorie! Soirée, ti-punch et groupe de rock. Au moment de se coucher tout le monde est bien informé : demain c’est pétole le championnat est bouclé.
Et le lendemain à 9h on est réveillés par les bateaux voisins qui veulent larguer les amarres car en fait il y a régate!
Que cela ne tienne le temps est superbe, il y a 5/7 noeuds nous voilà partis pour un côtier. Bon départ mais 10 mn pour trouver la carbu du bateau résultat 24 on ne va pas se plaindre pour autant.

Et voilà, 10 manches, 86 bateaux et un résultat de 34ème, un peu décevant (normal c’est le National) mais honnête quand même au vu des clients sur l’eau.
Il y avait dans le tas un paquet de cadors de compète sans parler des cadors ordinaires comme nous qui se battent comme des chiens pour ne pas tomber au classement alors que le milieu flotte est si homogène qu’il suffit d’éternuer dans le mauvais sens pour perdre trois places!

Bref c’était super, on se croisait sur l’eau et à terre avec Cipangu et Téo, il y avait des potes et une bonne ambiance : l’an prochain j’y retourne et cette fois…



Next »